LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Un jardin en Normandie, d'autres insectes

Dans un autre article consacré au jardin de Cécile et Cédric, nous avons publiés plusieurs photos d'insectes.

Mais uniquement des odonates, des orthoptères et des lépidoptères.

Nous allons nous intéresser maintenant aux autres ordres.

Comme précédemment, nous ne publierons ici que des espèces non encore aperçues dans le jardin de Choui et Leia.

 

Commençons par les coléoptères, avec une surprise de taille.

Cetonia aurata (3) (cétoine doré):

 

 

Ce magnifique scarabée a quasiment disparu dans le Sud-est.

Pourtant, lorsque nous étions enfants, il y en avait toujours pleins dans les rosiers.

Lesquels ne semblaient pas plus mal se porter.

Depuis, il y a toujours des rosiers chez nous, mais plus de cétoines dorés.

Dans l'Eure, il en existe donc encore.

Cetonia aurata (3) (cétoine doré):

 

 

Voici quelques autres coléoptères, observés chez Cécile et Cédric mais jamais aperçus dans le jardin de Choui et Leia.

Une coccinelle.

Calvia decemguttata (3) (coccinelle orange à 10 points):

 

 

Une chrysomèle.

Oulema melanopus (3) (criocère des céréales):

 

 

Un coléoptère de la famille des Cerambycidae.

Rhagium sycophanta (2) (rhagie sycophante):

 

 

Un autre de la même famille.

Mais celui-ci, hélas, a perdu ses cornes.

Probablement en livrant un combat épique.

Cerambyx scopolii (2) (petit capricorne):

 

 

Un silphide.

Celui-là, avec un nom pareil, laissez-le chez vous. 

C'est sûr, il fera le ménage.

Nicrophorus interruptus (3) (nécrophore ensevelisseur):

 

 

Quelques curculionidés.

Larinus turbinatus (3):

 

 

Larinus australis (3):

 

 

Liparus coronatus (3) (charançon couronné):

 

 

A l'exception des lépidoptères, des odonates et des orthoptères, les informations géographiques accessibles sont fragmentées concernant les ordres d'insectes.

Donc, nous ne savons pas si nous rencontrerons un jour ces spécimens dans le jardin de Choui et Leia.

Par exemple, ce spécimen, appartenant à la famille des Meloidae, semble assez répandu en France.

La carte, partielle, issue des observations du site "Le monde des insectes" nous laisse cependant supposer qu'il est absent de la région PACA.

Meloe violaceaus (2) (méloé printanier):

 

 

A priori, nous ne le rencontrerons jamais chez nous. 

A contrario, la carte proposée pour Cleus mutillarius ne révèle pas d'observation dans les Bouches-du-Rhône.

Cleus mutillarius (3) (grand clairon):

 

 

Pas plus que celle proposée pour Anaspis fasciata.

Anaspis fasciata (2):

 

 

Pourtant, ces deux coléoptères ont bel et bien été observés dans le jardin de Choui et Leia.

Donc, sauf cas particulier, nous ne pouvons pas savoir avec certitude si les coléoptères observés en Normandie ne le seront jamais en Provence.

 

Enfin, un cas particulier de coléoptère photographié par Cédric.

Il s'agit ici d'un mâle d'une espèce très connue, mais que l'on ne rencontre plus guère.

Lampyrus noctiluca (3) (ver luisant):

 

 

Dans le jardin de Cédric et Cécile, il n'y a pas que des coléoptères.

Il y a aussi des représentants des Hétéroptères.

Qui, comme chacun le sait (croit le savoir) sont nuisibles aux végétaux.

Carpocoris pudicus (3) (pentatome pudique):

 

 

Pentatoma rufipes (3) (punaise à pattes rousses):

 

 

Liocoris tripustulatus (3) (punaise de l'ortie):

 

 

Nous n'avons cependant aucune inquiétude quant à la santé du jardin qui les abrite.

 

 

Les punaises, insectes se nourrissant de la sève des végétaux, ont mauvaise réputation.

Au sein d'un jardin permaculturel, des équilibres se créent et la nature avance.

Les punaises étaient présentes sur la planète bien avant les insecticides.

Elles n'ont jamais empéché le développement des forêts primaires.

 

Un mot enfin sur les hyménoptères.

Ils n'ont pas du inspirer Cédric, qui ne nous propose qu'une seule espèce nouvelle pour nous.

Un très bel ichneumon.

Ophion obscuratus (3):

 

 

De nombreux autres hyménoptères, évidemment, sont présents dans le jardin de Cécile et Cédric.

Des abeilles sauvages.

Des guèpes.

Etc.

 

En ce qui concerne les guèpes, dans l'Eure, comme sur la plus grande partie du territoire national, les deux espèces de frelon cohabitent.

Vespa crabro (3) (frelon européen):

 

  

Vespa velutina (3) (frelon asiatique):

 

 

Est-ce une catastrophe?

A Saint Pierre de Bailleul, il n'y a quasiment plus d'abeilles domestiques.

Doit-on accuser le frelon asiatique?

Certainement pas, car l'absence des abeilles est très antérieure à la présence du frelon asiatique en les lieux.

Ce dernier ne peut être rendu responsable de l'hécatombe, quoiqu'en pensent et en disent les lobbies industriels.

 

A quelques kilomètres du village, de grandes cultures céréalières ont abusé du glyphosate.

Et continuent de l'utiliser à tours de bras.

Résultat: quasiment plus d'abeilles domestiques à des kilomètres à la ronde.

Donc, dans leur jardin, Cédric et Cécile ont installé des ruches.

 

 

Les colonies se portent bien.

Forcément, aucune substance chimique ne vient les emmerder.

Et elles se foutent pas mal du frelon asiatique.

 

 

Chaque jardin permaculturel, à son niveau, lutte contre l'érosion de la biodiversité.

Est-ce un combat perdu d'avance?

Peu importe.

Comme nous disait Guillaume d'Orange: "Il n'est nul besoin d'espérer pour entreprendre".

 

 



20/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 143 autres membres