LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Discrets, mal aimés: les buprestes

Connaissez-vous les buprestes?

Si c'est le cas, il y a deux possibilités.

La première: vous avez des connaissances en entomologie.

La deuxième: vous êtes jardinier et vous les redoutez.

Si vous n'êtes ni jardinier, ni entomologiste, il y a très peu de chance que vous connaissiez les buprestes.

 

Voici, par exemple, un bupreste des plus banals.

Anthaxia hungarica (3) (anthaxie hongroise):

 

 

Pourquoi ne le connaissez-vous pas?

Parce qu'il est petit.

L'anthaxie hongroise mesure rarement plus de 15 mm.

Et il s'agit de l'une des plus grandes anthaxies.

 

D'autres sont encore plus petites, n'excédant jamais 6 à 8 mm.

Anthaxia cichorii (3):

 

 

Or, un insecte mesurant moins d'un centimètre, si on ne le cherche pas, on ne le voit pas non plus.

Comme nous ne voyons pas les buprestes, nous ne les connaissons pas.

 

Evidement, les macrophotographies sont trompeuses.

Nous avons l'impression de voir les anthaxies précédentes comme le nez au milieu de la figure.

Cependant, il faut imaginer que la marguerite ci-dessus est petite.

Et les inflorescences de l'hélichryse mesurent à peine 2 à 3 mm.

Sur la photo suivante, la "bestiole" ne dépasse pas les 5 mm.

Anthaxia sepulcralis (1):

 

 

On ne remarque donc pas les buprestes parce qu'ils sont trop petits pour l'être.

Pourtant ils sont là, autour de nous.

Et ils sont assez nombreux. 

 

Que sont donc les buprestes?

Ce sont des coléoptères.

De petits coléoptères plus exactement.

Agrilus viridis (1) (bupreste vert):

 

 

Voire très petits.

Trachis troglodytiformis (3):

 

 

Ils sont souvent très colorés.

Anthaxia ignipennis (2):

 

 

D'ailleurs leurs élytres ont été utilisés comme bijoux en Afrique et en Amérique du sud.

On considère qu'il existe environ 10 à 15000 espèces de buprestes dans le monde.

Heureusement, la plupart, comme toujours, sont situés en zone tropicale.

Sinon nous deviendrions dingos.

En France 165 espèces sont répertoriées (ce qui n'est déjà pas si mal).

Imaginez deux secondes la vie d'un entomologiste amateur vivant au Costa-Rica...

 

Les genres les plus représentés sont Anthaxia avec une trentaine d'espèces différentes.

Il faut reconnaïtre qu'ils mettent du coeur à l'ouvrage.

Anthaxia millefolii (2) in copula:

 

 

Suivi de près par Agrilus avec environ 25 espèces.

Ils ne sont pas inactifs non plus.

Agrilus cuprescens (2) in copula:

 

 

A quoi reconnait-on un bupreste?

A son allure fusiforme (forme du corps allongée).

Buprestis octoguttata (3) (bupreste à huit taches):

 

 

Ou à son allure cunéiforme (corps se terminant par une pointe émoussée)

Anthaxia nitidula (1):

 

 

Les antennes, elles, sont filiformes.

Acmaeodera degener (3) (bupreste dégénéré):

 

 

La disposition des yeux est un peu particulière (mais ne mérite pas d'adjectif précis).

Latipalpis plana (3):

 

 

Donc, les buprestes sont petits, méconnus, souvent assez beaux.

Et ils sont redoutés.

Pourquoi le sont-ils?

Parce que les buprestes sont phytophages.

Plus précisément xylophages.

Ils se nourrissent d'arbres vivants.

Ce sont des RAVAGEURS.

Des NUISIBLES.

 

Calmons-nous un instant.

Ne nous transformons pas en Goebbels du bupreste.

 

Grosso modo, on distingue deux catégories d'insectes: les phytophages et les entomophages.

Les premiers bouffent des plantes.

Ce sont ceux que l'on considérait jadis comme nuisibles.

Les seconds bouffent des insectes, donc utiles.

A noter que, en ce qui concerne les mammifères, notre perception est inversée.

Nous préférons les herbivores aux carnivores.

 

Voici quelques photos prises dans le jardin de Choui et Leia.

Quercus ilex (3) (chêne vert):

 

 

Pyrus communis (3) (poirier):

 

 

Rosa sp. (3) (rosier):

 

 

Voici leurs ennemis, photographiés dans le même jardin.

Chrysobothris affinis (3) (bupreste du chêne):

 

 

Agrilus sinuatus (2) (bupreste du poirier):

 

 

Coraebus rubi (3) (bupreste du rosier):

 

 

Que se passe-t-il dans notre jardin?

Strictement rien.

Pourquoi ne se passe-t-il rien?

C'est très simple.

Ce qui favorise l'action des ravageurs ce sont essentiellement la monoculture et la disparition de leurs prédateurs.

Si on laisse faire les choses, des équilibres se créent.

 

Voici une photo prise en forêt primaire au Costa-Rica.

Imaginez-vous deux secondes qu'il n'y a pas d'insectes ravageurs dedans?

 

 

Il faut, une fois pour toutes, foutre la paix aux buprestes.

Ils sont beaux.

Ptosima undecimmaculata (3) (bupreste splendide):

 

 

Ils ne demandent rien d'autre que glander au soleil.

Anthaxia ignipennis et Anthaxia sepulcralis:

 

 

Et, accessoirement, copuler.

Agrilus hyperici (2) in copula:

 

 

Il faut bien que le corps exhulte.

 

 

 

 

 



06/12/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 148 autres membres