LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Couleur: violet

Le violet est une couleur secondaire.

Que l'on se situe dans le cadre d'un mélange additif.

Ou d'un mélange soustractif.

Au delà du violet, nous sommes dans l'ultraviolet, et l’œil humain ne voit plus.

Cette couleur correspond donc à une limite.

Pour l'homme, mais pas pour les insectes, car de nombreuses espèces "voient dans l'ultraviolet".

 

Le violet est une couleur fort peu répandue dans l’espace naturel.

Peut-être la plus rare.

Vinca minor (3) (petite pervenche):

 

Pervenches.JPG
 

Avant d'aller plus loin, faisons un point sur le "pourquoi" de la couleur des fleurs.

Et intéressons-nous à la rose, exemple par excellence de la fleur "sélectionnée".

Une rose est rouge lorsqu'elle est capable de synthétiser des pigments de la famille des flavonoïdes qui ont la particularité de refléter la longueur d'onde du rouge.

Ces pigments sont des anthocyanes.

La fleur "absorbe" les autres longueurs d'onde que celles du rouge, en particulier celles du violet.

Rosier "Red parfum":

 

IMGP2607 (2).JPG
 

A contrario, une rose est blanche lorsqu'elle reflète la totalité des couleurs.

Rosier "Francis Lester":

 

_IGP6326.JPG
 

Mais, dans la réalité, une fleur complétement blanche, cela n'existe pas.

Car, toujours, un pigment dans sa corolle va refléter "un peu" quelque chose.

Ainsi, selon la quantité d'anthocyanes présents, la couleur d'une rose va varier du rose très clair au rose très foncé.

Rosier "Eglantyne":

 

IMGP5100 (3).JPG

 

Rosier "Felicia":

 

IMGP5107 (2).JPG

 

Rosier "Gertrude Jekyll": 

 

IMGP6402.JPG

 

Rosier "Maria Lisa":

 

IMG_7989.JPG

 

Un rose complétement "foncé" correspond à la couleur rouge.

Rosier "Red parfum":

 

IMGP5448.JPG
 

La synthèse des anthocyanes dépend du génome de la fleur.

C'est grâce à cela que l'on peut pratiquer des hybridations et faire varier la couleur des fleurs.

Mais attention toutefois, le même pigment peut faire varier la couleur obtenue selon le pH du milieu.

 

Certes, cela n'est pas très facile à suivre.

Rassurez-vous, nous-mêmes n'y avons rien compris dans un premier temps.

 

Revenons au violet.

Une fleur va nous apparaitre violette lorsqu'elle reflète le violet.

Pulsatilla vulgaris (3) (anémone pulsatille violette):

 

Pulsatille 1 (2).JPG

 

Comme une fleur rouge, une fleur violette doit aussi sa coloration à la présence dans sa corolle de pigments qui appartiennent à la famille des anthocyanes.

Une pensée parmi d'autres:

 

IMG_5806.JPG

 

Les anthocyanes couvrent une grande gamme de couleurs, et certains d'entre eux reflètent le violet.

 

Une fleur nous apparaitrait noire si elle ne reflétait rien.

Dans la réalité, une fleur complètement noire, de même qu'une fleur complétement blanche, cela n'existe pas.

Les fleurs les plus "noires" reflètent en fait le violet.

Iris germanica (3) (iris noir):

 

IMGP2606.JPG 

 

Dans le cas du noir, on peut comprendre facilement pourquoi aucune fleur n'est noire.

Une fleur complétement noire "grillerait" du fait d'un excès d'absorption de lumière.

Quelques fleurs presque noires on été créées, mais n'ont survécu que quelques heures à la lumière du soleil.

La floraison de l'iris noir, malgré qu'il reflète le violet, est d'ailleurs assez brève.

 

IMGP2602 (2).JPG
 

On peut dès lors se poser la question concernant la coloration plus ou moins noire de la peau humaine.

Les noirs ne devraient-ils pas souffrir d'un excès d'absorption de lumière?

En fait, c'est le contraire.

La couleur plus ou moins foncée de la peau est liée à la présence d'un pigment qui absorbe la lumière: la mélanine.

La mélanine absorbe certes la lumière solaire, mais elle la restitue sous forme de chaleur.

Les mélanosomes protègent donc du soleil.

De plus, étant répartis au dessus des noyaux cellulaires, ils protègent l'ADN de ces derniers des rayons ultraviolets.

 

soleil 3.jpg

(droits réservés)

 

De fait, ceux qui ont une couleur de peau très blanche, bien qu'ils "réfléchissent" la lumière, sont sensibles au soleil.

Ils attrapent donc plus facilement des coups de soleil, et, du coup, deviennent rouges.

La couleur rouge du coup de soleil est aussi liée à la présence d'un pigment.

La brulure entraine une vasodilatation superficielle, donc un afflux de sang (hyperhémie) vers la peau.

Cela confère une coloration rouge à la peau car l'hémoglobine du sang est un pigment qui reflète le rouge.

 

88017302_o.png

(droits réservés)

 

Cela n'est encore pas très facile à suivre.

D'ailleurs, nous aurions hésité à nous lancer dans ce pataquès si nous avions "réfléchi" avant.

 

Nous nous sommes légèrement éloignés du sujet...

Revenons, encore une fois, vers le violet des fleurs.

Une fleur foncée ne dispose pas de mélanosomes.

Donc, elle subit de plein fouet l'action des ultraviolets sur ses noyaux cellulaires.

C'est à cause de cela qu'elle doit refléter quelque chose, ou mourir.

Verbena sp. (3) (verveine violette):

 

Verveine.JPG
 

On associe fréquemment le mauve ou le pourpre à la couleur violet.

La dénomination "mauve" correspond, en général, à un violet clair.

De même que le rose correspond à un rouge clair.

Ainsi, cette "violette" est-elle plutôt mauve.

Viola sp. (3):

 

Violette 1.JPG

 

Pour le pourpre, c'est moins évident.

Le "pourpre", le "grenat", voire le "bordeaux" désignent des violets plus ou moins foncés, plus ou moins teintés de rouge.

Un aster parmi d'autres:

 

IMGP0409.JPG

 

Cela  est ambigu.

En effet, le violet, comme toutes les couleurs, correspond à "une" longueur d'onde.

Sur le spectre visible, on passe progressivement du violet au bleu, puis au vert, au jaune, à l'orangé, et enfin au rouge.

Le violet et le rouge sont les deux couleurs situées à l'extrémité du spectre.

De fait, le rouge ne peut "tirer" que vers l'orangé.

Et le violet vers le bleu.

Mais en aucun cas vers le rouge.

 

forum_244156_2.jpg
(droits réservés)

 

Donc, lorsqu'une fleur apparait pourpre, c'est qu'elle reflète "deux" couleurs de longueurs d'onde différentes.

L'une ou l'autre pouvant dominer.

Une des nombreuses clématites existantes:

 

IMGP5459 (2).JPG

 

Himantoglossum robertianum  (3) (orchis géant):

 

IMG_5189.JPG

 

Cela n'est toujours pas très facile à suivre.

En fait, c'est encore plus compliqué que cela, car les couleurs pourpre, grenat ou bordeaux sont mal caractérisées.

Elles peuvent aussi correspondre à des couleurs froides de faible luminosité.

Dans tous ces cas, la couleur que l'on observe ne pourra jamais être définie qu'approximativement.

 

Revenons vers des choses plus simples.

Les fleurs violettes, comme n'importe quelles autres fleurs, dépendent des pollinisateurs.

Halictus sp. (3) (halicte) sur verveine:

 

HALICTIDAE Halictus sp. 5.JPG

 

Attagenus trifasciatus (2) sur un chardon des champs:

 

DERMESTIDAE Attagenus trifasciatus 2.JPG

 

Et elles savent en attirer de plusieurs espèces.

Sphaerophoria sp. (3) sur buddleia:

 

SYRPHIDAE Sphaerophoria sp. 3.JPG

 

Mélangeant, comme toutes les fleurs, l'attrait de leur couleur et de leur parfum.

Chrysolina americana (3) (chrysomèle de la lavande) sur une sauge:

 

CHRYSOMELIDAE Chrysolina americana 2.JPG

 

Hylaeus sp. sur un caryopteris:

 

COLLETIDAE Hylaeus sp. 2.JPG

 

Quand aux insectes eux-mêmes, du moins sous nos latitudes, on peut considérer qu'il n'en existe quasiment pas qui soient violets.

Certains s'en approchent un peu.

Oryctes nasicornis (3) (rhinocéros femelle):

 

DYNASTIDAE Oryctes nasicornis 2.JPG

 

Mais ils sont rares.

Chrysolina bankii (3) (chrysomèle de Banks):

 

CHRYSOMELIDAE Chrysolina bankii 2.JPG

 

Et encore, parfois, est-ce un peu tiré par les cheveux.

Chrysolina americana (3) (chrysomèle du romarin):

 

CHRYSOMELIDAE Chrysolina americana 3.JPG

 

Même le xylocope violet n'est pas violet, mais noir aux ailes bleu foncé.

Xylocopa violacea (3) (abeille charpentière ou xylocope violet):

 

APIDAE Xylocopa violacea 1 (abeille charpentière).JPG

 

Dans le jardin de Choui et Leia, le seul insecte violet que nous avons rencontré est un accident.

Il s'agit d'une femelle d'agrion élégant.

Ishnura elegans (3) (agrion élégant):

 

COENAGRIONIDAE Ischnura elegans 2 (agrion élégant).JPG

 

Pour observer la couleur violet chez cette espèce, il faut que la femelle appartienne au type A et soit immature.

L'agrion élégant présente, en effet, la particularité de présenter de nombreuses variations de couleurs chez les jeunes.

Cependant les adultes sont tous bleus.

 

Il faut donc admettre que, pour un insecte, quasiment aucun d'entre eux n'adoptant cette couleur, se parer de violet ne présente aucune sorte d'intérêt.

Contrairement à un prêtre qui, dès qu'il se pare de violet, devient évêque, en attendant la pourpre cardinalice.

 

cf6fcc15940a79c1da8a5e92e9d4b.jpg

(droits réservés)

 

En conclusion, le violet est bel et bien la couleur la plus rare de l'espace naturel.

D'ailleurs, si ce n'était pas le cas, nous aurions eu plus de choses à montrer et cet article aurait présenté bien moins de digressions...

Un gros coup de mou tout de suite...

 

index.png

(droits réservés)

 



28/04/2018
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres