LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Sauterelles, une histoire

En anglais, sauterelle se traduit par "grasshopper".

De ce point de vue, étymologiquement, anglais et français tombent d'accord, ce qui n'est pas fréquent.

Les sauterelles sont des insectes qui sautent.

Elles disposent à cet effet de puissants fémurs.

Pholidoptera femorata (3) (pholidoptère précoce):

 

TETTIGONIIDAE Pholidoptera femorata 3 (pholidoptère précoce).JPG
 

Les premières sauterelles sont un peu moins anciennes que les libellules (cf. l'article intitulé "les libellules, une histoire").

Les plus vieux spécimens connus remontent à environ 150 millions d'années:

 

40daa64c-8b38-11e6-9ad3-cd53cf660431.jpg

(droits réservés)

 

Ce qui nous situe dans le Jurassique, période de l'ère secondaire extrêmement connue à cause des dinosaures, et grâce à Stephen Spielberg.

 

Dans l'histoire des hommes, les sauterelles occupent une place importante.

Et catastrophique.

Les nuages de sauterelles (de criquets en réalité) font, en effet, partie des sept plaies infligées par Yahweh à l’Égypte (A l'époque, on ne déconnait pas avec la religion).

 

De fait, les hordes de locustes (criquets pèlerins) restent un fléau redouté.

En Afrique, elles peuvent s’abattre sur les cultures et tout ravager.

Dans le jardin de Choui et Leia, nous rencontrons parfois une espèce proche du criquet pèlerin.

Locusta cinerascens (3) (criquet cendré):

 

ACRIDIDAE Locusta cinerascens (2).JPG

 

Mais, heureusement pour nous, il ne se passe rien.

 

En héraldique, on retrouve la sauterelle sur certains blasons.

Celui de la commune de Llagosta, en Catalogne:

 

Llagosta.jpg

(droits réservés)

 

Celui de la famille Dussault de Bayonne:

 

Blason_Fr_famille_Dussault_(Bayonne).svg.png

(droits réservés)

 

Il est probable que, dans ces cas, l'on n'ait pas choisi l'insecte à cause de sa mauvaise réputation.

Mais plutôt pour sa connotation "évangélique".

La sauterelle est, en effet, la nourriture de Saint Jean-Baptiste.

Jean le baptiste, qui vivait dans le désert, se nourrissait, dit-on, de miel sauvage et de sauterelles.

De nos jours, les sauterelles reviennent dans les assiettes.

Elles sont couramment consommées, au Mexique, en Ouganda...

Pourquoi pas, après tout?

 

sauterelles.jpg

(droits réservés)

 

Ce n'est pas pire que cela:

 

Escargots.jpg

(droits réservés)

 

Le criquet le plus connu de tous reste sans doute le compagnon du Pinocchio de Collodi.

La figure que l'on connait de lui est surtout celle de Disney:

 

clipjimidea.gif

 

(droits réservés)

 

Les sauterelles et criquets ont donc acquis un peu de notoriété dans l'histoire des hommes.

Ils font partie de l'imaginaire collectif.

Bien qu'ils bénéficient d'une réputation mitigée, ils méritent d'être connus car ce sont des insectes assez fascinants.

 

Comme leur nom l'indique, toutes les sauterelles (et criquets) sautent.

Aiolopus puissanti (3) (aïolope élancé):

 

ACRIDIDAE Aiolopus puissanti 4 (aïolope élancée mâle) (2).JPG 

 

Mais tous ne volent pas.

Tylopsis lilifolia (3) (phanéroptère liliacé):

 

PHANEROPTERIDAE Tylopsis lilifolia 1 (phanéroptère liliacé).JPG

Certaines espèces, en effet, ne disposent pas d'ailes.

Les insectes qui ne disposent pas d'ailes sont appelés "aptères".

Eupholidoptera chabrieri (3) (pholidoptère splendide):

 

TETTIGONIIDAE Pholidoptera femorata 2 (pholidoptère précoce).JPG

 

La plupart des sauterelles sont végétariennes, c'est-à-dire phytophages.

A cause de leur régime alimentaire, elles ont été antérieurement classées parmi les insectes nuisibles:

 

il_570xN.1078774877_ndjn (3).jpg
(droits réservés)

 

Comme nous l'avons signalé dans d'autres articles, la distinction entre insectes utiles et nuisibles ne signifie absolument rien.

Elle était établie selon des critères strictement anthropomorphiques tombés depuis longtemps en désuétude.

 

Malgré leur taille relativement grande, les orthoptères sont sont prédatés.

Par les oiseaux, mais aussi par d'autres arthropodes.

En particulier par celle-ci.

Argiope bruennichii (3) (argiope fasciée):

 

ARANEIDAE Argiope bruennichii 1 (argiope fasciée).JPG

 

Les sauterelles et criquets sont beaucoup moins exhibitionnistes que les libellules.

Plutôt que de se livrer en public à des coïts frénétiques...

Sympetrum striolatum (2) (sympétrum fascié):

 

LIBELLULIDAE Sympetrum striolatum 3.JPG

 

...elles préfèrent les ballades en amoureux.

Aiolopus puissanti (3):

 

ACRIDIDAE Aiolopus puissanti 7 (aïolope élancée couple).JPG

 

Une autre particularité: les sauterelles chantent.

Les sauterelles proprement dites s'expriment en frottant leurs ailes antérieures l'une contre l'autre.

L'une des ailes possède une râpe stridulatoire qui vient glisser sur l'archet de l'autre.

 

TETTIGONIIDAE Decticus albifrons (dectique à front blanc) (2).JPG

 

Quant aux criquets, ils frottent les fémurs de leurs pattes postérieures sur les tegmina.

Les tegmina (du latin tegmen, pluriel tegmina) correspondent aux ailes antérieures qui sont épaissies.

Elles protègent les ailes postérieures, plus vulnérables.

Tegmen, en latin, signifie "ce qui couvre".

 

ACRIDIDAE Aiolopus strepens 1 (aïolope automnale) (2).JPG

 

Nous entendons le chant des sauterelles et des criquets.

Logiquement puisque nous possédons des oreilles.

Les insectes, eux, n'ont pas d'oreilles.

Se pourrait-il que ce chant ne s'adresse qu'à nous?

Encore une dérive anthropomorphique... 

En réalité, si les orthoptères n'ont pas d'oreilles, ils possèdent des tympans.

Ceux-ci sont situés sur les pattes antérieures chez les sauterelles, et sur l'abdomen chez les criquets.

 

ACRIDIDAE Chorthippus albomarginatus 1 (criquet marginé) (2).JPG

 

Les orthoptères sifflent bel et bien pour être "entendus" de leurs congénères.

Soit pour attirer les femelles, soit pour délimiter leur territoire.

Ils ne sifflent donc pas "pour nous", mais bel et bien "comme nous".

 

homme-siffleur-10551718.jpg

(droits réservés)

 

Si vous ne vous intéressez pas du tout aux insectes, vous pouvez, malgré tout, être tentés par la photographie des sauterelles.

Elles permettent de réaliser facilement quelques beaux clichés.

Tettigonia viridissima (3) (grande sauterelle verte):

 

TETTIGONIIDAE Tettigonia viridissima 1 (grande sauterelle verte).JPG

 

Aiolopus puissanti (3) (aïolope élancé):

 

ACRIDIDAE Aiolopus puissanti 1 (aïolope élancée femelle).JPG

 

Leur identification n'est pas toujours facile (cf. article "le cauchemar de l'entomologiste débutant").

Elle est cependant beaucoup plus facile que celle de certains diptères ou hyménoptères.

Enfin, les orthoptères disposent d'une spécificité qui les différencie d'autres familles d'insectes.

Ils sont paurométaboles.

Normalement, un insecte passe de la forme larvaire à la forme adulte en une seule fois (amétaboles).

Les orthoptères passent d'une forme larvaire à l'autre par mues successives (paurométaboles).

Ils "grandissent".

Voici, par exemple, plusieurs phases du criquet pansu.

Pezotettix giornae (3) (criquet pansu):

 

ACRIDIDAE Pezotettix giornae 7.JPG

 

Pezotettix giornae (3) (criquet pansu):

 

ACRIDIDAE Pezotettix giornae 6.JPG

 

Pezotettix giornae (3) (criquet pansu):

 

ACRIDIDAE Pezotettix giornae 3.JPG
 

Ainsi de suite...

Mais, au bout du compte, cela finit toujours de la même façon.

Pezotettix giornae (3) (criquet pansu "in copula"): 


ACRIDIDAE Pezotettix giornae (criquet pansu) 1.JPG
 

 

 


 

 



03/12/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 143 autres membres