LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Résultats et constatations: refuge pour les oiseaux

Il y a un an, nous avions publié un article intitulé: "Devenir refuge L.P.O.".

Cette année (hiver 2017/2018) nous avons pu constater des résultats encourageants concernant l'avifaune de notre jardin.

En particulier à propos des passereaux granivores du groupe des fringillidés, dont beaucoup d'espèces voient leurs effectifs diminuer en France.

 

Parmi ceux-ci, nous ne rencontrions plus guère de chardonnerets depuis quelques années.

Ce ne fut pas sans surprise que nous avons constaté leur retour.

Et ils furent assez nombreux.

Carduelis carduelis (3) (chardonneret élégant):

 

IMG_1552.JPG

 

Les chardonnerets, lorsqu'ils sont présents, font partie des espèces les plus actives sur les mangeoires.

 

IMG_1362.JPG

 

Pour autant, ils partagent facilement l'espace avec d'autres espèces.

Chacune semble trouver sa place, et aucun conflit d'intérêt ne semble se développer.

Chardonneret et mésange bleue:

 

IMG_1411.JPG

 

Chardonneret et mésange charbonnière:

 

IMG_1485.JPG

 

Les deux espèces les plus présentes restent les mésanges charbonnières et les mésanges bleues.

Qui, elles, ne sont pas des fringillidés.

Elles s'en distinguent par leurs becs, qui sont beaucoup plus fins.

Parus major (3) (mésange charbonnière):

 

IMG_1195.JPG

 

Parus caeruleus (3) (mésange bleue):

 

IMG_1110.JPG

 

Les mésanges présentent une spécificité unique chez les passereaux européens.

Elles sont les seules capables de s’agripper avec leurs pattes en des positions improbables.

Parus major (3) (mésange charbonnière):

 

IMG_1198.JPG

 

Parus caeruleus (3) (mésange bleue):

 

IMG_1199.JPG

 

Les chardonnerets sont incapables de tels exploits.

Carduelis carduelis (3) (chardonneret élégant):

 

IMG_1537.JPG

 

Ces espèces, parfois, se nourrissent aussi au sol.

Carduelis carduelis (3) (chardonneret élégant):

 

IMG_1515.JPG

 

Parus caeruleus (3) (mésange bleue):

 

IMG_1562.JPG

 

Seules les mésanges charbonnières semblent, décidément, préférer les hauteurs.

Parus major (3) (mésange charbonnière):

 

IMG_1122.JPG

 

Cet hiver, probablement parce qu'il y a eu beaucoup de neige en montagne, nous avons observé un passereau inhabituel chez nous.

Il s'agit du tarin des aulnes.

Lui aussi fréquente les mangeoires.

Et cohabite sans problème avec les autres espèces.

Spinus spinus (3) (tarin des aulnes) à côté d'une mésange bleue:

 

IMG_1483.JPG

 

Si le tarin est agile, lorsqu'il s'accroche à une mangeoire pour se nourrir, il le fait toujours la tête vers le bas.

Seules les mésanges sont capables de s'accrocher les pattes au dessus du corps.

 

IMG_1484.JPG

 

Les quatre espèces trouvent toutes leurs places.

Personne ne dérange personne.

De haut en bas: chardonneret, mésange charbonnière, mésange bleue, tarin des aulnes.

 

IMG_1477.JPG

 

A contrario, une simple promotion sur des pots de Nutella déclencha des émeutes au sein de notre espèce.

 

maxbestof053176-3524067.jpg

(droits réservés)

 

Homo sapiens?

Ou Homo conardus?

On en est tout de même arrivé jusqu'à cela:

 

nutella-echauffourees-intermarche.jpg

(droits réservés)

 

Faut-il rappeler que le Nutella comporte de l'huile de palme?

Que la production d'huile de palme impacte gravement les écosystèmes?

Qu'elles ne contient pas d'acides gras insaturés, nécessaire à notre alimentation?

Mais au contraire des acides gras saturés, responsables de l'hypercholestérolémie?

Que 500 grammes de Nutella apportent 2600 kilocalories?

Et oui! Le Nutella est peut-être agréable au goût, mais c'est bel et bien de la merde.

 

Revenons vers nos oiseaux.

Parmi les espèces de passereaux granivores qui voient aussi leurs effectifs diminuer, nous avons rencontré des moineaux domestiques.

Passer domesticus (3) (moineau domestique):

 

IMG_1583.JPG

 

Les moineaux domestiques sont certainement l'espèce de passereau la plus connue.

Pour autant, fréquentant habituellement les villes, nous n'en voyons jamais dans notre jardin, situé à la campagne.

Pour tout dire, c'est la première fois que nous en rencontrons chez nous.

Passer domesticus (3) (moineau domestique):

 

IMG_1526.JPG

 

Et nous n'avons aucune explication à ce fait inhabituel.

 

Parmi les espèces de passereaux granivores, nous avons eu l'opportunité de rencontrer un verdier d'Europe.

Chloris chloris (3) (verdier d'Europe):

 

IMG_1498.JPG

 

Cet oiseau, parmi nos préférés, est, hélas, devenu rare.

Contrairement à ses confrères, le verdier ne monte jamais dans les mangeoires.

Il se nourrit exclusivement au sol.

 

IMG_1504.JPG
 

Enfin, encore un granivore devenu moins fréquent, que nous avons eu l'opportunité de croiser: le serin cini.

Lui se moque complétement de la nourriture que nous pouvons lui offrir.

Il ne fréquente pas les mangeoires, et semble se désintéresser des graines que nous proposons.

Par contre, il est friand des graines de sophora, qui tombent sur notre terrasse.

Serinus serinus (3) (serin cini):

 

IMG_1608.JPG
 

Il existe, évidemment, d'autres espèces de passereaux granivores en France, que nous n'avons pas eu l'heur d'apercevoir chez nous.

Mais, déjà, tout ceci nous rassure quant à la résilience des oiseaux.

Si seulement les braconniers débiles qui les chassent, ou les capturent avec des pièges à glu, pouvaient leur foutre la paix.

Pauvres cons!

Avons-nous besoin de nous nourrir de verdiers?

N'éprouvent-ils déjà pas assez de difficultés à se sortir des nuisances de l'agriculture intensive?

(la suite au prochain numéro)

 



04/03/2018
29 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres