LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

La marguerite et les butineurs, deuxième épisode

Dans un précédent article, nous nous sommes penchés sur les marguerites.

Puis, celles-ci fanées, il a bien fallu s'intéresser à autre chose.

Ce qui nous ennuyait un peu tant ces fleurs furent propices à l'observation entomologique.

En fait, il n'y avait pas de quoi être chagrinés.

Tout d'abord, les marguerites ne sont pas, et de loin, les seules astéracées à pousser spontanément dans le jardin.

 

Quelques jours après les marguerites, ce sont des camomilles sauvages qui prirent le relais.

Ce sont des fleurs plus petites, mais extrêmement ressemblantes aux marguerites.

Bien qu'offrant des aires de jeu plus étroites, elles attirent aussi un grand nombre de butineurs.

Au premier rang desquels des diptères.

Lomatia belzebul (2):

 

BOMBYLIIDAE Lomatia belzebul 2.JPG
 

Et des coléoptères.

Oedemera nobilis (3) (oedemère noble):

 

OEDEMERIDAE Oedemera nobilis 9.JPG

 

Comme toujours les coléoptères ne sont pas très difficiles à photographier car, lorsqu'ils butinent, ils prennent leur temps.

Certains font une pause et en profite pour s'envoyer en l'air.

Anthaxia millefolii (3):

 

BUPRESTIDAE Anthaxia millefolii 3.JPG

 

Les espèces que nous avons rencontrés sur les camomilles s'avérèrent ne pas être les mêmes que celles rencontrées précédemment sur les marguerites.

Est-ce qu'il s'agit d'éclosions survenant à des périodes un peu différentes?

Ou d'une prédilection particulière pour la fleur?

Bithia sp. (3):

 

TACHINIDAE Bithia sp. 5.JPG
 

Par ailleurs, bien que plus petites que les marguerites, les camomilles offrent un espace aux butineurs qui permet la cohabitation.

Lomatia belzebul (2) à côté d'une anthaxie: 

 

IMG_3208.JPG

 

Évidemment, dans l'imaginaire collectif, les insectes butineurs sont essentiellement représentés par les hyménoptères.

Il suffit d'observer des fleurs d'astéracées pour constater que les diptères et les coléoptères butinent aussi beaucoup.

Les diptères sont d'excellents pollinisateurs.

En fait, ils sont essentiellement attirés par le nectar.

En se nourrissant de ce suc produit par les fleurs, les insectes se chargent obligatoirement de pollen.

En passant des unes aux autres, comme les abeilles, les diptères floricoles permettent la fécondation des fleurs.

Bithia sp. (3) en compagnie d'un petit dermeste du genre Anthrenus:

 

IMG_3230.JPG

 

Cependant, en plus du nectar, le pollen lui-même constitue une nourriture pour les insectes.

Certains coléoptères s'en nourrissent presque exclusivement.

Les coléoptères sont considérés comme des pollinisateurs peu efficaces.

Pour autant, les premiers pollinisateurs, bien avant les lépidoptères, hyménoptères et diptères, furent des coléoptères.

Oedemera podagrariae (3) (oedemère ochracé) à côté d'un petit dermeste, toujours du genre Anthrenus:

 

OEDEMERIDAE Oedemera podagrariae 7.JPG

 

Lorsque les fleurs de camomille sauvage fanèrent à leur tour, ce sont de nouvelles marguerites qui prirent le relais.

Car la floraison de ces dernières est étagée.

Un nouveau bouquet plus d'un mois après le précédent.

 

IMG_3503.JPG

 

Cela est est excellent pour l'entomologiste amateur.

Non seulement elles restent très attractives.

Mais de plus, le temps ayant passé, ce sont des espèces différentes qui les visitent.

Encore et toujours des coléoptères.

De très nombreux anthrènes, très petits scarabées floricoles déjà aperçus plus haut.

Ils sont souvent très difficiles à identifier et bien malin sera celui qui trouvera le nom de l'espèce de celui-ci.

Anthrenus sp. (3):

 

DERMESTIDAE Anthrenus sp. 2.JPG

 

D'autres appartenant à la famille des Cerambycidae, dont l'espèce la plus connue des profanes est le capricorne.

Mais il s'agit d'une famille nombreuse disposant de plusieurs genres et espèces variées.

Stenopterus rufus (3) (sténoptère roux):

 

CERAMBYCIDAE Stenopterus rufus 4.JPG
 

Tous les Cerambycidae disposent d'antennes assez longues, caractéristiques de la famille.

D'autres coléoptères rencontrés sur les marguerites appartiennent à la famille des Oedemeridae, finalement assez proche des Cerambycidae.

L'un déjà rencontré sur les fleurs de camomille.

Oedemera podagrariae (3) (oedemère ochracé):

 

OEDEMERIDAE Oedemera podagrariae 8.JPG
 

Un autre, nouveau.

Oedemera virescens (1) (oedemère vert):

 

OEDEMERIDAE Oedemera virescens.JPG

 

Plusieurs buprestes, appartenant au genre Anthaxia, qui semblent particulièrement intéressés.

Anthaxia millefolii (3):

 

BUPRESTIDAE Anthaxia millefolii 4.JPG

 

Anthaxia hungarica (3) et Anthaxia millefolii (2) sur la même inflorescence:

 

BUPRESTIDAE Anthaxia hungarica 11.JPG

 

A ce stade, deux constatations s'imposent.

Anthaxia hungarica était déjà présente sur un autre bouquet de marguerites il y a un mois.

Et Anthaxia millefolii a déjà visité les camomilles.

Donc, il n'y a pas grand chose à conclure, si ce n'est que les astéracées attirent de nombreuses anthaxies sur des périodes assez longues.

En voici d'autres.

Anthaxia ignipennis (3):

 

BUPRESTIDAE Anthaxia ignipennis 4.JPG

 

Anthaxia confusa (3):

 

BUPRESTIDAE Anthaxia confusa.JPG 

 

Les anthaxies sont de petits coléoptères, assez actifs.

Mais ils mesurent rarement plus de 10 mm, donc se remarquent peu.

Il faut les photographier pour découvrir leurs couleurs étonnantes.

Anthaxia ignipennis (3) et Anthaxia confusa (3) l'une à côté de l'autre:

 

IMG_3516.JPG

 

A côté des coléoptères, on rencontre aussi de nombreux diptères.

Une très petite mouche de la famille des chloropides (3 à 4 mm maximum).

Elle fut difficile à identifier (et à photographier).

Tricimba sp. (3):

 

CHLOROPIDAE Tricimba sp. 1.JPG

 

Quelques syrphes.

Helophilus pendulus (3) (hélophile suspendu):

 

SYRPHIDAE Helophilus pendulus 6.JPG
 

Syritta pipiens (3) (syritte piaulante):

 

SYRPHIDAE Syritta pipiens 7.JPG

 

Sphaerophoria scripta (3) (syrphe porte-plume) prenant son envol:

 

SYRPHIDAE Sphaerophoria scripta 7.JPG

 

Eristalis tenax (2) (éristale gluante) en compagnie d'un petit dermeste, peut-être Orphilus sp.:

 

SYRPHIDAE Eristalis tenax 5.JPG

 

Voici d'ailleurs, à peu d'intervalle, un spécimen du dermeste en question.

Pas facile à photographier car vraiment très petit.

Orphilus sp. (3):

 

DERMESTIDAE Orphilus sp..JPG

 

Quelques tachinaires, comme souvent, fréquentent les marguerites.

Une qui, décidément, apprécie la compagnie des Anthrenus.

Bithia sp. (3):

 

TACHINIDAE Bithia sp. 8.JPG

 

Une autre, aux ailes fumées.

Ectophasia sp. (3):

 

TACHINIDAE Ectophasia sp. 2.JPG
 

La même partageant son espace avec une mordelle et un inévitable anthrène:

 

TACHINIDAE Ectophasia sp. 3.JPG
 

Encore une autre.

Eriothrix rufomaculatus (2):

 

TACHINIDAE Eriothrix rufomaculatus 4.JPG

 

Quelques bombyles.

Un, assez beau selon nous, déjà rencontré sur les camomilles.

Diabolique?

Lomatia belzebul (3):

 

BOMBYLIIDAE Lomatia belzebul 3.JPG

 

Et deux autres, qui nous ont posé un problème d'identification un peu particulier.

Précisons un peu.

Les bombyles (Bombyliidae) représentent une famille de diptères.

Parmi eux, il y a les bombyles proprement dits (genre Bombylius).

Ainsi que d'autres genres (Anthrax, Lomatia, etc.).

Dans la famille des Bombyliidae, il existe un genre nommé Bombylosoma.

Les insectes de ce genre ressemblent beaucoup à ceux du genre Bombylius.

Voici un Bombylius:

 

BOMBYLIIDAE Bombylius fimbriatus 1.JPG

 

Voila un Bombylosoma:

 

IMG_3471 (2).JPG

 

Ce qui les différencie est un détail de la nervation alaire.

Chez les Bombylius les nervures M1 et R5 fusionnent:

 

BOMBYLIIDAE Bombylius fimbriatus 1 (2).JPG
 

Chez les Bombylosoma, ce n'est pas le cas:

 

IMG_3468 (2).JPG

 

Évidemment, d'un certain point de vue, cela peut s'apparenter à de l'enculage de mouche (plus exactement de bombyle).

Si ce n'est que, lorsque l'on regarde les insectes, bien que cela soit parfois difficile, encore faut-il tenter d'appeler un chat un chat.

Mais là n'est encore pas le problème.

Le problème est que celui-ci, possible Bombylosoma algirus (1):

 

IMG_3458.JPG

 

Et celui-là encore:

 

IMG_3477.JPG

 

En tout cas, tous les deux Bombylosoma sp. (3), cela au moins est certain, ne se rencontrent normalement qu'au Maghreb.

Or, notre jardin n'est situé ni à Tlemcen, ni à Djerba, mais bel et bien dans le 13.

On peut d'ores et déjà admettre que le réchauffement climatique pousse certaines espèces vers chez nous.

 

Enfin, pour en finir avec les marguerites, très peu d'hyménoptères, finalement.

Quelques-uns toutefois, dont ce très petit, de la famille des andrènes.

Panurgus sp. (3) (panurge):

 

ANDRENIDAE Panurgus sp. 3.JPG
 

Dans les autres ordres, une punaise de la famille des Miridae.

Lepidargyrus ancorifer (2):

 

MIRIDAE Lepidargyrus ancorifer 1.JPG
 

Et enfin, comme d'habitude, une araignée-crabe tapie en attente de sa proie.

Xysticus ulmi (2):

 

THOMISIDAE Xysticus ulmi.JPG
 

Mais, comme disait le poète allemand Hölderlin: "Là où croit le péril, croit aussi ce qui sauve".

 

 

 

 



20/07/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres