LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

LE JARDIN DE CHOUI ET LEIA

Planter des haies

Aucun jardin digne de ce nom ne peut se concevoir sans haies.

Ceci parait une évidence.

Mais pourquoi?

Certes, les haies nous soustraient aux regards, délimitent des espaces.

Cependant, cela n'est qu'accessoire.

Les haies créent de la beauté botanique.

Cela parait plus important.

Mais, l'impression de beauté varie beaucoup selon les goûts.

Enfin, les haies ont un impact écologique fort.

A condition que l'on reste attentif à quelques préceptes.

 

IMGP9741 (2).JPG

 

Dans le paysage français, en beaucoup d'endroits et de régions, les haies ont disparu.

Elles ont été coupées pour agrandir les surfaces utilisées pour la monoculture.

Or, la disparition des haies bocagères s'est avérée être une catastrophe.

Elle impacte énormément la biodiversité: raréfaction des espèces végétales et, conséquemment, disparition des espèces animales qui en dépendent.

 

DSCN1394.jpg

(droits réservés)

 

En effet, dans les haies, qu'elles soient de bocage ou de jardin, vivent des oiseaux, des petits mammifères, ainsi que les insectes auxiliaires du jardinier.

Lorsque l'agriculture se pratique sur un espace fragmenté, la vie animale garde sa place.

Paysage bocager:

 

aa2-1016-1-jpg.jpg
(droits réservés)

 

Les haies et autres bosquets sont nécessaires à la biodiversité.

Cependant, le paysage bocager est déjà un écosystème dégradé, au sein duquel se remarque l'emprise humaine.

Mais il est infiniment moins dégradé qu'un espace sacrifié à la monoculture.

Disparition des zones de reproduction, usage intensif des substances chimiques, effondrement de la biodiversité...

L'agriculture intensive nourrit les hommes (pour l'instant), mais elle tue la planète.

 

7a7c328924_50072999_1334-haie-arrachee.jpg 

(droits réservés)

 

Dans son jardin, il faut donc planter des haies.

Pour protéger la biodiversité.

Cela s'apparente au combat de David contre Goliath.

Mais on ne sait jamais, un petit coup de fronde bien placé...

 

Pour bénéficier d'une haie accueillante pour la biodiversité, il faut respecter quelques principes de base.

Ainsi qu'une chronologie.

En premier, le sol de la haie doit être préparé trois à quatre mois avant la plantation. 

Puis la mise en place de jeunes plants se fait au printemps.

Il faut associer plusieurs espèces d'arbustes caduques et persistants.

Enfin, couvrir le sol d'humus et de mulch.

 

Développons ces points.

Associer différentes espèces d'arbustes est essentiel car chaque plant utilise des nutriments différents.

Donc aucun arbuste ne concurrence son voisin.

Cela évite d'appauvrir la terre.

Grace à cela, on peut éliminer complétement les intrants.

Sinon, il ne s'agirait plus de permaculture.

Par ailleurs, cela permet d'avoir des floraisons étagées du printemps à l'automne.

 

IMGP9742.JPG

 

Conséquemment, cela autorise un nombre plus important d'insectes "utiles" à se nourrir.

Des insectes sans lesquels, ne l'oublions pas, les plantes ne se reproduiraient pas.

Les butineurs disposent ainsi de fleurs pendant plusieurs mois.

Melanargia galathea (3) (demi-deuil): 

 

NYMPHALIDAE Melanargia galathea 3 (demi-deuil).JPG

 

Cela attire une plus grande diversité d'espèces.

Aglais urticae (3) (petite tortue):

 

NYMPHALIDAE Aglais urticae 3.JPG

 

Et ainsi de suite.

Pieris brassicae (3) (piéride du chou):

 

PIERIDAE Pieris brassicae 1.JPG

 

Associer les espèces végétales permet de plus à la haie d'être belle par sa diversité.

 

IMGP5110.JPG

 

Plutôt que moche par sa monotonie (cf. articles "premier précepte" et "cinquième précepte" dans "Permaculture").

 

plantes-de-haies61.jpg

(droits réservés)

 

Voici quelques espèces d'arbustes persistants que nous avons expérimentés dans nos jardins provençaux, dont la terre est calcaire.

De fait, nous avons privilégié les arbustes dont la distribution est méditerranéenne.

 

Un de ces arbustes les plus connus est le laurier rose.

Sa floraison est estivale, et c'est une plante qui prend beaucoup d'ampleur.

Il ne faut pas hésiter à tailler les lauriers, même assez court, pour que leurs pieds restent touffus.

Nerium oleander (3) (laurier rose):

 

nerium_oleander_virginie_-_laurier_rose.jpg
  

Le laurier rose, en Provence, a mauvaise réputation.

Il est réputé toxique.

En fait, il n'y a évidemment aucun risque à planter des lauriers roses dans son jardin.

Ce mauvais "feed-back" lui vient du fait que, il y a bien longtemps, il était réputé posséder des propriétés abortives.

Ainsi, des femmes désespérées en ingérèrent des quantités impressionnantes, jusqu'à l'intoxication.

Depuis que l'IVG est légalisée, il n'y a plus de problème avec le laurier rose.

 

Un autre arbuste que nous apprécions est le laurier-tin.

Curieusement, et malgré son nom, il n'a pas grand chose à voir avec le laurier rose.

Les deux plantes ne sont pas du même genre, ni de la même famille, ni du même ordre.

Pour leur trouver un phylum génétique commun, il faut remonter jusqu'à la classe.

Contrairement au laurier rose, le laurier-tin, ou viorne-tin, fleurit en tout début de printemps.

Viburnum tinus (3) (laurier-tin):

 

IMGP9747.JPG

 

Un autre persistant que nous apprécions aussi est le photinia.

Il s'agit d'un magnifique arbuste aux pousses rouges.

Dans son cas, ce sont plus les feuilles que les fleurs qui fournissent l'effet couleur.

Photinia serratifolia (3):

 

photinia_5804525.jpg

 

Nous sommes des fans de l'eleagnus.

Il s'agit d'un arbuste vert à la floraison tardive.

Ses fleurs sont très discrètes.

Ses feuilles sont banalement vertes.

A priori, il ne présente que peu d'intérêt.

Si ce n'est pour sa capacité à fixer l'azote, donc à aider ses voisins.

Par ailleurs, son odeur est magnifique, et il produit des petits fruits dont les oiseaux sont très friands.

Eleagnus ebbingei (3):

 

IMGP3915.JPG

  

Voici maintenant quelques espèces d'arbuste à feuilles caduques.

L'un des plus connus est le lilas.

Originaire des collines rocheuses des Balkans, on le rencontre partout en Europe.

Mais il est particulièrement bien adapté au climat méditerranéen.

Sa floraison est assez précoce et assez longue.

Syringa vulgaris (3) (lilas commun):

 

Lilas.JPG
  

Moins précoce toutefois que celle des forsythias.

Lorsque leur jaune commence à éclater dans les haies, nous savons que le printemps débute.

Et que la floraison des autres arbustes ne va pas tarder.

Forsythia intermedia (3) (forsythia):

 

IMGP9746 (2).JPG

 

Les buddleias ont toujours fait partie de nos haies.

Ils sont considérés comme une plante envahissante, car ils ont tendance à se ressemer facilement.

Mais le buddleia fleurit tout l'été, et attire les papillons (on l’appelle d'ailleurs l'arbre à papillons).

Iphiclides podalirius (3) (flambé) sur un buddleia:

 

PAPILIONIDAE Iphiclides podalirius 6 (flambé).JPG

 

Voici quelques autres exemples de plantes caduques faisant partie de nos haies.

La boule de neige présente une magnifique floraison blanche printanière.

Elle s'associe parfaitement avec d'autres arbustes.

Viburnum opulus (3) (viorne obier):

 

IMGP5096 (2).JPG

  

L'althéa est un hibiscus de pousse lente, mais qui présente une très belle floraison estivale.

Il faut le mettre au premier plan si l'on plante ses haies en quinconce.

Hibiscus syriacus (3) (althéa):

 

Althea.JPG

 

Le sureau noir est une plante très facile d'entretien et se bouture aisément.

Il présente de plus l'avantage d'attirer les butineurs par ses fleurs et les oiseaux qui sont très friands de ses fruits. 

Sambucus nigra (3) (sureau noir):

 

Sureau noir.JPG

 

La spirée est un de nos arbustes préférés.

Elle fleurit abondamment au printemps.

Elle ne sent rien mais on lui pardonne tant sa floraison est extraordinaire.

Arboretum gabrielis (3) (spirée de Van Houtte): 

 

_IGP6053.JPG

 

Le seringa commun, ou jasmin des poètes, fleurit au printemps.

Il est, aujourd'hui, passé de mode.

C'est bien dommage, car son parfum est inoubliable.

Philadelphus coronarius (3) (seringat commun):

 

Seringat.JPG

 

Le lilas des indes pousse assez lentement et fleurit l'été.

Il en existe de plusieurs couleurs.

Lagerstroemia indica (3) (lilas des indes):

 

Lagestroemia.JPG

 

Beaucoup d'autres arbustes existent.

Faites vos expériences.

Choisissez vos espèces en fonction de votre région.

Plantez en alternant les caduques et les persistants.

Et surtout, ne disposez jamais plus de deux arbustes de la même variété pour une haie de vingt mètres.

 

La première étape de l'établissement d'une haie consiste en la préparation du sol avant la plantation.

Celle-ci doit se faire en fin d'automne, début d'hiver, pour une plantation qui aura lieu en début de printemps.

Une fois déterminé l'emplacement, commence le travail le plus ingrat, mais qui sera garant d'une bonne reprise de votre haie.

Il faut d'abord tondre l'herbe, s'il y en a.

Puis recouvrir la zone avec des cartons pour éliminer l'herbe restante en évitant sa repousse.

 

IMGP3432.JPG

 

Ensuite, il faut couvrir les cartons avec de la paille, du vieux foin, des résidus de tonte...

Ceci est obligatoire pour éviter que les cartons ne s'envolent par grand vent.

 

IMGP3435.JPG

 

Au bout de quatre mois, le carton, partiellement ou totalement digéré par les vers de terre, laisse apparaître une terre exempte de "mauvaises" herbes.

Vous pouvez alors effectuer un décompactage du sol à la fourche-bêche ou à la grelinette, afin de favoriser l'activité de la micro-faune.

Enfin, c'est le moment de planter.

 

Il est préférable (mais pas obligatoire) de planter en quinconce:

 

distan10_LI.jpg 

(droits réservés)

  

L'écart entre les plants peut paraître important au début.

Mais, de cette façon, chaque arbuste pourra s'exprimer en développant sa forme naturelle.

 

Une fois déterminé l'emplacement de chaque plant, il faut creuser un trou.

Ce trou doit être supérieur au volume du pot contenant l'arbuste.

Ensuite, il faut, bien sûr, enlever le pot et placer la motte dans le trou.

Reboucher en tassant légèrement la terre.

Et arroser.

Puis étendre sur toute la surface de la bande de plantation une couche d'environ cinq centimètres de compost.

Si l'on s''inscrit dans une démarche permaculturelle, il vaut mieux produire son propre compost.

Enfin, il nous reste à installer le goutte-à-goutte.

Et recouvrir de débris végétaux (foin, paille, feuilles mortes, etc.) sur dix à quinze centimètres afin d'éviter l'évaporation.

 

IMGP3789 (2).JPG

 

Pour planter une haie, il vaut mieux acheter des plants jeunes.

Même si l'on peut avoir l'impression de gagner du temps en plantant des sujets plus forts, les jeunes plants s'adaptent mieux.

Au bout de trois ans, les jeunes plants ont grandi et la différence ne se distingue plus.

Par ailleurs, les plants jeunes sont moins chers.

Ils sont dotés d'un meilleur potentiel de croissance, et il y a moins de pertes à la reprise.

 

Veillez à maintenir une couverture du sol constante, à suivre les arrosages.

Le goutte-à-goutte est facile à mettre en place et économise l'eau.

Goutte-à-goutte dans le potager:

 

IMGP2698.JPG

 

Les tailles des haies devront avoir lieu une fois par an, après la floraison.

Ceci pour chaque arbuste.

Eleagnus avant la taille:

 

IMGP3942.JPG

 

Le même après:

 

IMGP3940.JPG

 

Pas d'uniformité, pas de taille "militaire" au coupe-haies.

Rien n'est plus laid.

 

haie.jpg

(droits réservés)

 

Sinon, autant ne pas se faire chier et acquérir cette monstruosité: une haie artificielle.

 

3414-haie-artificelle-mjf.jpg

(droits réservés)

 

La beauté est dans la diversité et dans l'irrégularité.

 

IMGP3716 - Copie.JPG

 

Mais, même si la conception que peut avoir chacun de la beauté est différente, il est au moins un point qui ne se peut discuter.

La vie est bel et bien dans la diversité et l'irrégularité.

 

Les haies constituent des abris pour les oiseaux du jardin

Un décret récent impose de ne plus les couper entre avril et juillet afin de ne pas empêcher la nidification.

 

Les haies vivent en corrélation avec les insectes butineurs.

Empis ciliata (3):

 

EMPIDIDAE Empis ciliata 1.JPG

 

Lesquels cohabitent entre eux facilement.

Telles cette abeille domestique et cette éristale sur du laurier-tin.

 

IMG_1814 (2).JPG

 

La floraison des diverses espèces végétales coïncide avec le vol des imagos des diverses espèces de butineurs.

Ceux qui naissent au printemps butinent les fleurs printanières, etc.

Il faut de plus préciser, en ce qui concerne les insectes, que les haies abritent essentiellement des insectes "utiles", ne provoquant aucun désagrément, au contraire.

Les moustiques et les guêpes sont, par exemple, strictement indifférents aux haies.

Donc en plantant des haies, vous aidez les oiseaux, vous aidez les insectes.

Les insectes aident vos haies, puisqu'ils permettent la pollinisation.

La variété des espèces végétales attire une variété d'espèces d'insectes.

Et ainsi de suite...

 

 

 

 



07/12/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 143 autres membres